LA DOCUMENTATION CONTRE LE CANDIDAT NKURUNZIZA

 Burundi news, le 18/02/2015

Par Gratien Rukindikiza

Le problème des troisièmes  mandats est très délicat en Afrique centrale. Le Président Kabila se trouve au repos après avoir enlevé l'épine de son pied du troisième mandat. Quel homme soulagé! Comme si Kabila avait transmis la patate chaude à Nkurunziza. Le Président Nkurunziza est tombé dans son propre piège ou le piège de celui qui n'a rien à perdre comme le général Adolphe Nshimirimana, accusé de beaucoup de crimes. La communauté internationale, les Burundais ont dit clairement non au troisième mandat de Nkurunziza non prévu par la constitution.

Un élément nouveau vient de tomber. Nkurunziza, pourra-t-il aller jusqu'au bout?

Les missions envoyées pour convaincre sont rentrées, déçues

Le Président Nkurunziza a tenté l'impossible. Demander aux Présidents de la Sous région de le soutenir dans la course pour une troisième mandat.

Le Président Kagamé qui a reçu Hafsa Mossi et Jean- Jacques Nyenimigabo a été clair. Il a envoyé un message au Président Nkurunziza pour lui demander de quitter le pouvoir comme prévu par les accords d'Arusha. Il lui a dit qu'il risque de tomber comme Compaoré.

Le Président Kenyatta a adressé le même message, pas de troisième mandat. La même chose de la part de Kabila.

Le Président Nkurunziza ne sait plus à quel diable se vouer. Ah la Documentation? Non, pas de chance.

La Documentation (SNR) vient de devancer la société civile et les partis d'opposition.

Il fallait le faire. Clairon, Ouvrez le ban! Les évènements s'accélèrent au Burundi.

Tout commence par une fuite ou une réflexion. Le directeur de cabinet de la Documentation s'exprime sur le troisième mandat en disant qu'il est opposé et que le Président ne devait pas se présenter pour ce troisième mandat. Le trio Nkurunziza, Bunyoni et Adolphe a estimé que Léonard les a déçus et des mesures contre ce directeur de cabinet de la Documentation étaient envisagées. En fin de compte, le directeur de cabinet a exprimé une idée en gestation à la Documentation. Un document était en cours de préparation.

Le patron de la Documentation le général Niyombare a remis au Président Nkurunziza hier le 16 février 2015 un rapport qui prévient le chef de l'Etat des dangers encourus s'il se présente pour un troisième mandat. Niyombare a alors déconseillé au Président Nkurunziza de se présenter car il risque de plonger le Burundi dans une confrontation sanglante. En plus, ce rapport montre bien que le peuple est opposé à ce troisième mandat et que la communauté internationale est unanime sur le fait qu'il violerait les accords d'Arusha et la constitution en cas du troisième mandat.

Le rapport est tombé comme un coup de massue sur Pierre Nkurunziza. En ce cas, au secours le trio renforcé!

Une réunion cruciale ce mardi 17 février 2015 au chevet de Nkurunziza

Le Président Nkurunziza a convoqué une réunion extraordinaire au sommet de l'Etat avec tout ce qui compte pour lui. La liste n'est pas longue. Etaient présents Nkurunziza, Bunyoni, Adolphe Nshimirimana, Ndakugarika, le chef d'Etat major le général Niyongabo,  un général Steve, chargé de la logistique à l'Etat Major et le ministre de la sécurité publique Nizigama. Ces sept personnes ont analysé le rapport de la Documentation et la suite à réserver au général Niyombare qui dirige la Documentation. Son limogeage a été évoqué.

Quatre généraux viennent de regagner le trio. Les fidèles se comptent sur les doigts d'une main. Ndakugarika a été le premier à trahir les frondeurs. Le ministre de la sécurité publique quitte le groupe des frondeurs car il a été approché avec des promesses et a choisi la trahison de ses amis. Le chef d'Etat Major est du nombre et il a déçu beaucoup de militaires qui le croyaient solide et capable d'assumer sa pensée. Quant à Steve, c'est Nkurunziza qui a fait marcher ses relations avec lui pour le hisser dans ce cercle des futurs condamnés par le peuple.

Voici le groupe de 7 personnes qui va mettre à sang et à sac le Burundi. Il est prévu de faire tout pour empêcher les manifestations. Le ministre de la sécurité publique a la mission de convaincre la police de tirer sur les manifestants et le chef d'Etat Major doit intervenir au profit de la police pour obliger le peuple à accepter le troisième mandat par force.

Le groupe des généraux frondeurs n'a pas dit son dernier mot. Acceptera-t-il que Niyombare soit puni en raison de son rapport réaliste et sincère? Wait and see.