« Burundi 2015 : Chronique d’un complot annoncé » ou célébration d’un quinquennat sanguinaire ?


« Burundi 2015 : Chronique d’un complot annoncé » ou célébration d’un quinquennat sanguinaire ?


   Par NDUWAYEZU Eric

Lorsqu’un fait dépassant  leur entendement se produit, les Barundi s’exclament en ces mots: « Hari vuga na hora » ! C’est ce qui vient de m’arriver après avoir trouvé et lu sur les réseaux sociaux l’intitulé du  livre dont l’auteur est NDAYICARIYE Pierre-Claver. Cet homme n’est pas un inconnu des Barundi. Sa personnalité a traversé les frontières du Cœur de l’Afrique depuis la mascarade de 2010. Un homme qui est tout sauf honnête. Des Barundi endeuillés par le cndd-fdd depuis 2010, même si l’innommable commis par cette organisation date de fin 1993, n’oublieront jamais cet homme qui a été à la tête de ce qu’on appelle CENI sous d’autres cieux.  Les Barundi ont recopié cette dénomination : « CENI »  sans lui attribuer tous les caractères qu’elle mérite dans la réalité des Barundi et sur le sol burundais. Ce qui est la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) le reste dans les pays démocratiques mais est devenue autre chose au  Burundi depuis 2010. Dans notre pays,  c’est une véritable CENIICEL (Commission Electorale Nationale pour l’Inversion et Invention de Chiffres Electoraux). Cette dernière sera à l’origine de milliers de morts par assassinat, d’exilés par centaines de milliers, portés disparus, etc. Si on établissait les responsabilités des uns et des autres,  NDAYICARIYE serait en première ligne ; il a usé de tous les moyens pour plaire à son chef et l’entourage de ce dernier. Le reste de la population, abanyagihugu,  est inexistante dans les pensées et aux yeux du cndd-fdd. D’où les moqueries de Ndayicariye dans son livre mis en vente très récemment sur Amazon.  Ce transformateur de CENI en CENIICEL a su se tailler une place confortable dans des ronces. Ancien ministre de  communication et porte-parole du gouvernement sous Buyoya II, c’est un manipulateur par excellence depuis que le cndd-fdd lui a confié, successivement, la présidence des commissions dites nationales : CENI/CENIICEL et CVR.  Reste à voir où nous conduisent et nous conduiront lesdites commissions au service de celui qui les a nommées. Lorsque l’équipe d’exhumation des corps de victimes des décennies sombres fait une pause, Ndayicariye prend sa plume pour distraire des personnes de courtes mémoires et amuser ses protégés : ceux  qu’il a reconduits aux affaires en 2010 par de fraudes massives et en 2015 dans l’illégalité totale + fraudes massives. Voilà l’acteur principal dans ces deux événements malheureux devenu l’auteur de: « Burundi 2015 : Chronique d’un complot annoncé». Ceux qui hésitaient encore sur sa véritable personnalité viennent, une fois de plus, de découvrir la face cachée d’un homme à la voix prophétique mais au cœur diabolique. Lorsque Ndayicariye se moque de victimes des deux moments susmentionnés (2010 et plus particulièrement 2015), on se demande  pour qui il prend les Barundi.

                                NDAYICARIYE Pierre-Claver et ses fraudes massives de 2010

La célébration de la fin du mandat le plus sanguinaire de Pierre Nkurunziza est inscrit dans un livre dont l’auteur profite pour se moquer des milliers de victimes. L’éditeur présente le livre en ces termes: « Les manifestations et la tentative de coup d’Etat du 13 mai 2015 ont fait des dégâts énormes au Burundi. Si le pays a pu renouveler les institutions dirigeantes en 2015, le peuple le doit d’abord à l’engagement du gouvernement et des forces de défense et de sécurité. Le peuple le doit ensuite à la sérénité des populations. Les policiers et les militaires ont travaillé jour et nuit jusqu’au sacrifice suprême. 

Cet engagement fut remarquable pendant les manifestations qui ont suivi l’annonce de la candidature de Pierre NKURUNZIZA en avril 2015 et durant les mois qui ont suivi.

Si les citoyens burundais ont voté en 2015, le peuple le doit enfin aux pays amis de la Communauté Est Africaine qui ont, probablement, compris à temps que le complot contre le Burundi visait toute la région

Lorsque l’auteur, par la main de l’éditeur, vante les qualités exceptionnelles des assassins (ceux qu’il appelle : forces de défense et de sécurité) lors des manifestations pacifiques pendant les jours et mois qui ont suivi l’annonce de la candidature illégale de Nkurunziza en 2015, on peut se demander si ces personnes physiques et morales félicitées méritent de tels honneurs jusqu’à leur dédier des ouvrages. Les crimes qu’ils ont commis restent et resteront écrits en lettres de sang. L’histoire retiendra Ndayicariye, président de la CENIICEL à deux reprises, comme un serviteur zélé de criminels, voleurs, etc. qui peut tout accepter pour ses propres intérêts sans penser aux conséquences sur le reste de la population.

      NDAYICARIYE Pierre-Claver : un savant mathématicien ou pire magicien ?

A l’entendre parler, on dirait un prêcheur convaincu et converti. A voir ses actes, dans l’expression de nos voisins Kongolais, c’est un véritable « démon à cornes ». Je rafraîchis la mémoire des Barundi qui ont peut-être oublié  comment cet homme a montré au monde entier ses capacités de grand tricheur jusqu’à modifier la convention/loi mathématique. Pour qu’un mensonge tienne, peut importe sa durée, il faut un minimum d’ « intelligence ». Appeler menteur quelqu’un comme Ndayicariye serait diminuer ses connaissances. Inventer, inverser des chiffres électoraux, etc. montrent à suffisance de quel type il est.

  Quelques exemples d’inventions du savant  Ndayicariye lors des élections de 2010 :

1. au centre du pays : en commune Muramvya, au bureau de vote de l’école primaire de Kibogoye. Le nombre d’inscrits officiels était de 1 374 personnes. Dans ce même bureau de vote, on annoncera 1 557 voix exprimées. En commune Nyabihanga (Mwaro) dans le bureau de vote de Buhogo ; tous les partis qui s’y étaient fait élire avaient obtenu chacun 502 bulletins de vote. Lors du dépouillement, le cndd-fdd obtiendra 416 bulletins valables, 499 bulletins rejetés et 3 bulletins nuls,

2. au Nord : en commune Kabarore et Butaganzwa (province Kayanza), le parti MSD aura respectivement 400 voix dans Kabarore et 120 voix en commune Butaganzwa. Pourtant, le parti MSD ne s’y était pas fait élire ; donc, aucun bulletin de vote de ce parti n’y avait officiellement été déposé,

3. au Sud : en commune Kayogoro (Province Rumonge), zone Bigina dans un centre de vote Nyentakara. Sur 1 000 inscrits, on aura  1 500 voix exprimées lors du comptage. Au centre de vote de Shaka de la même zone, on aura 1 400 votants sur 1 000 inscrits.

Les exemples prouvant des cas de tricherie en 2010 sont légion. Toute personne désirant vérifier ces informations peut se rendre au siège de l’Union africaine qui avait reçu un rapport rédigé en plainte par la défunte Alliance des Démocrates pour le Changement (ADC –Ikibiri). L’aide de l’Union Africaine après cette mascarade prouvée n’a été que conserver le document et regarder ailleurs.  On peut aussi consulter ce document-preuves dans les archives de différentes ambassades et consulats basés à Bujumbura.

L’un de mes anciens enseignants à l’université avait l’habitude de dire : « chers étudiants futurs journalistes/communicateurs, votre futur métier est un métier fouille-poubelles ». Aux  intéressés au livre de Ndayicariye qui me lisez, mettez vos masques et gants avant de prélever des échantillons dans ce bouquin. Vous n’y trouverez que de moqueries qu’il adresse au peuple burundais et hommages qu’il rend aux bourreaux. Très peu de lecteurs, si l’auteur en trouve, auront le courage de recommander ce livre à leurs connaissances car il ne contient rien donnant envie de le garder à la maison ou au bureau.

Après avoir reconduit le cndd-fdd aux affaires d’un Burundi endeuillé par la même organisation, NDAYICARIYE, le serviteur de cette dernière sera récompensé par son employeur en le nommant Président d’une autre commission dont la tâche est l’exhumation de victimes de crimes commis dans les décennies antérieures. Là aussi, Ndayicariye trouvera le moment propice : année électorale pour inciter les bahutu à voter massivement pour le cndd-fdd. Lors de ses nombreuses sorties médiatiques, il ne cessera pas de tenir des propos incitant à réveiller les démons de division. Ce dont notre auteur ne parlera jamais : crimes commis par le cndd-fdd sur les bahutu du FNL devenu CNL récemment. Mais à ce point, il n’est pas le seul à avoir raison. Les bahutu dont le mémorial doit être érigé sont ceux tués par les batutsi/bahima comme l’expriment les cndd-fdd réunis dans l’ « élite » Collectif 72. Ceux tués par les autres bahutu/bahanza sont à envoyer dans les rivières comme Ruvubu, Rusizi et lacs comme Cohoha et Tanganika. Jamais parler d’eux car leurs bourreaux sont tous des « saints » ; ils ne tuent pas. Un article sera consacré à ce fait « archéologique » à la Ndayicariye.

Monsieur Ndayicariye: entre le cndd-fdd et le reste du peuple burundais, qui a comploté contre l’autre en 2015 ? entre la CENIICEL et la population qui réclame d’être dirigée par ceux qu’elle a votés elle-même, qui a comploté contre l’autre en cette année-là? Depuis des siècles, ce sont toujours des dirigeants autoproclamés ou imposés qui créent leurs fins. Tôt ou tard, le jour du Burundi viendra.